Figlio mio, ti vedo sciupato.

Da quando ho il droide galaxy tab, la mattina spendo piu’ di qualche minuto nella lettura dei giornali. Questa mattina mi e’ arrivato caldo caldo un articolo del The Wall Street Journal.

Quanti di voi conoscono qualcuno di origini calabresi. A voi sembra di corporatura normale, magari perfino un po’ in carne, invece ti racconta che la madre continua a trovarlo “sciupato”. Perche’? Sempre per lo stesso motivo: perche’ mangia male e soprattutto perche’ mangia poco.

“Mr Martino” e’ un imprenditore geniale che non ha fatto altro che soddisfare il bisogno, da parte delle madri e nonne di Calabria, di nutrire adeguatamente le loro creature. Allora ha inventato il business descritto in questo articolo.

Qui c’e’ anche il video.

Cher tunisien, mais où diable vas-tu?

(Testo italiano qui.)

Cher tunisien, j’ai entendu dire que certains de vos compatriotes, fous, ont décidé d’entreprendre un voyage périlleux et coûteux pour venir ici en Italie.

Si jamais une idée similaire te traverse l’esprit, sache que c’est une grosse erreur. Je connais ta terre et malheureusement, je connais aussi la mienne.

Tu me diras que tu fuis un pays avec un PIB moyen de 9 mille dollars par habitant, tandis qu’il est d’environ 29 mille ici. Ce qui signifie qu’en moyenne, tu gagnes le tiers de ce que gagne un italien. Eh bien, c’est pourquoi je viens, diras-tu. Là, tu as tort.

Tu voudras aussi manger. Sache que le pain ici coûte plus de trois fois ce que ça te coûte. Alors, ça te revient moins cher côté revenu. Toutefois, la question ne s’en arrête pas là, elle est beaucoup plus singulière. Sache qu’ici, il y a une loi qui protège une corporation. Apprends à penser comme nous, il y a une corporation pour chaque chose et cette corporation doit défendre ses propres membres contre les “griffes du marché”. Les dirigeants italiens ont une vraie passion pour les corporations. Quoi qu’il en soit, retournons-en à nous. Sache que chez nous, la loi oblige celui qui vend du pain à rester fermé aussi bien à l’heure du déjeuner, qu’à l’heure du dîner.

Etant donné que les boulangers sont fermés à l’heure du déjeuner, mettons que tu es là peu de temps après, tu voudras t’en aller pour prendre une pizza avec des amis. Tu découvriras qu’elle coûte neuf fois ce qu’elle coûtait à Tunis (puis en termes de pizzas, tu es trois fois plus riche).

Ok, ce soir, tu décides de rester à la maison. Disons que tu veux regarder une partie de football. Sache qu’ici tu dois payer une taxe de 100 euros/an qui vont à une télévision d’”Etat” qui ne te fera point voir la partie de football.

Pour t’abonner à une télévision qui te fait voir la partie de football, tu dois dépenser beaucoup plus. Qu’est-ce que tu dis? Chez toi la télé est gratuite? Tu n’es pas fan? Par contre, tu pourras regarder le Festival de la Chanson Italienne. Comment tu dis? Tu ne t’en soucie guère. Tant mieux pour toi, parce que même si tu te souciais de quelque chose, sache que les résultats sont truqués.

Oublie la télévision, tu passes beaucoup de temps devant l’ordinateur. Sache qu’ici, uniquement pour posséder un écran de PC, tu dois payer la taxe dont je t’avais parlé. Qu’est-ce que tu dis? C’était une taxe sur la télévision et non pas sur le net? Laisse tomber. Retour à internet, chez nous, quelques années auparavant, un charlatan est passé et qui a dit que personne ne pouvait accéder à une connexion wifi gratuite. Le plus drôle, c’est que tu ne réussiras jamais à croire que ses successeurs lui avaient donné raison. Cette année, ils ont finalement permis à chacun d’avoir un routeur sans mot de passe, mais les Italiens ne le savent pas. Donc si tu ne payes pas, tu ne peux pas te connecter à internet. Comment tu dis? Tu pensais te connecter à internet en payant? Tu commettrais une grande erreur, car ici, une connexion défaillante t’arrive après cinq mois et peut te coûter jusqu’à 50 € /mois.

Ok, assez de ces choses, disons que tu fais autre chose. Laissons tomber la pizza, le football, la télé et l’internet. Ce soir, tu veux aller au cinéma? Chez toi, ça coûte 2 dollars et quelque chose. Chez nous par contre, les hommes politiques ont établi qu’ils veulent offrir l’argent à leurs amis qui font semblant de faire du cinéma. C’est à nous donc de payer nos films que personne ne regarde, et qui sont produits à peine par quatre amis et proches. Qu’est-ce que tu dis? Tu regardes des films américains? Nous aussi, mais cela signifie que nous devons tous payer la redevance. Compte tenu de cette nouvelle taxe, le coût du billet est 5 fois celui que tu dépenses. Ce qui signifie que même par rapport à tes revenus, regarder un film en Tunisie coûte beaucoup moins qu’en Italie.

Bon, assez de ces activités à l’intérieur. Elles me semblent peu saines. Disons que, comme moi, tu as la passion pour la mer, au fond, ton pays est sur la mer comme le mien. Le vendredi matin, tu prendrais une petite barque avec quelques amis et tu irais pêcher. Ici, tu ne peux pas. Il faut une chose qu’ils appellent patente nautique. Comment tu dis? Ce n’est pas le cas chez vous, il suffirait de prendre les cannes à pêche et aller à la mer? Bon bah, ce n’est pas mal, avec quelques mois d’apprentissage tu prendrais le permis nautique aussi. Comment tu dis? Tu portes des lunettes? Alors, je suis désolé, mais pour aller à la pêche, n’en parlons pas. Si tu veux, tu pourrais t’asseoir sur une berge du Tibre et pêcher quelques mulets. Qu’est-ce que tu dis? Qui est-ce qui peut t’empêcher d’aller à la mer, la mer est à tous? Justement, je sais que tu t’es trompé de pays.

Ok, assez parlé de choses ludiques. Pensons aux choses sérieuses. Imaginons un instant que tu aies résolu la manière de manger, d’aller au cinéma et de naviguer sur internet. Tu devras avoir également un endroit pour appeler la maison. Un loyer d’un petit appartement au centre de Tunis peut coûter 200 €/mois. Multiplié par trois (toujours en tenant compte du revenu par habitant), ce sont 600 €/mois. Essaie de chercher le même appartement au centre de Rome. Bonne chance!

Très bien, pourquoi le centre, tu décides de prendre une maison un peu en dehors de la ville: je sais, à Sacrofano. En fin de compte, tu habitais à Carthage, à 20 km du centre de Tunis, et le train que tu prenais chaque matin n’était pas un problème. Un matin, j’ai pris ce train que tu prends chaque matin: il vaut mieux que je te dise tout de suite que je suis resté stupéfait parce qu’il était propre, ponctuel et pas cher. Sache que si jamais tu prendrais le train de Sacrofano, ça sera pour toi un vrai choc. Comment tu dis? Là-bas à Tunis, tu n’habites pas à côté de la station? Il me semble que c’est normal. Comment vas-tu à la station? En vélo? Héhéhé hahaha. Sache qu’ici, tu dois l’avaler le vélo avant de monter dans le train, parce que ce n’est pas autorisé.

Eh bien, admettons par l’absurde que tu réussisses à surmonter tous ces problèmes. Tu devras aussi travailler pour vivre. Tu es quelqu’un d’entreprenant et tu peux faire beaucoup de choses. Comme je te le disais, nous avons une corporation pour chaque chose. Tu ne peux tout simplement pas faire un métier. Il y a toujours une corporation qui protège ceux qui font ce travail et qui ne le fera pas faire pour toi. Si tu n’as pas différents permis et licences, tu ne peux absolument rien faire. Qu’est-ce que tu dis? Au pire des cas, tu te mets à cultiver la terre. Désolé, mais tu n’as vraiment pas compris ce que je suis en train de dire. Autour de toi, tous prétendront cultiver la terre, mais ils ne se feront pas l’argent en vendant ce qu’ils cultivent, mais plutôt en remplissant des formulaires de la communauté européenne. Tu ne comprends pas? Je t’explique mieux. Chez toi, vous les appelez agriculteurs, pêcheurs et autre. Ici, par contre, ils s’appellent conseillers commerciaux.

Tu veux mettre en place une petite entreprise? C’est beau d’entendre des personnes entreprenantes, capables de générer des richesses et des emplois. Sache que tu passeras ton initiative par derrière la bureaucratie, étant donné que l’Italie est le pays du monde où un entrepreneur doit passer le plus d’heures à pourchasser les bureaucrates.

Bon, disons qu’avec un peu d’indulgence (ici il y’en a toujours), tu réussis à devenir un “citoyen italien”. Belle motion, mes compliments! Tout juste auparavant, tu ne devais rien au moins, dès à présent, tu dois environ 3000 € à quelqu’un. Ils ne t’ont encore pas dit à qui, ça c’est un long discours. Sache que pour le moment, ta dette s’accroît de jour en jour et que tôt ou tard, tu auras quelques frais à payer et ils réussiront à te faire restituer ce que tu dois.

Tu me diras que les choses vont changer avec le temps et qu’ici, en Italie, ce sera toujours mieux et que là-bas, en Tunisie, ce sera toujours pire. Encore une fois, tu te trompes, mais vraiment pour de gros. En fait, tu dois savoir que dans ton pays, le PIB se développe à un rythme que nous n’imagions même pas ici. Tu sais que l’Italie, durant les dix dernières années, est le pays qui s’est développé le moins de l’ensemble de la planète (en réalité, le dernier du classement est Haïti, nous sommes à peine avant-derniers). Tu n’as pas bien compris peut-être: pour être plus clairs, cela signifie que si jamais tu auras des petits-enfants, ces derniers seront beaucoup plus riches en Tunisie qu’en Italie.

Comment tu dis? Tout cela ne te suffit pas, ce que tu cherches vraiment est la liberté? Alors tu t’es trompé de pays. Chez vous, vous-êtes en train de réécrire la constitution et vous êtes assez intelligents pour ne pas mêler des socialistes et des prêtres locaux (et je sais que toi qui lis ces lignes, tu ne serais jamais aussi fou pour te fier aux uns ni aux autres), vous serez plus libres que nous. Ici, chez-nous, tous célèbrent les 150 ans de l’unification de l’Italie, alors que personne n’a fêté les 150 ans de la république romaine en 1999. Je ne comprends pas pourquoi.

Tu ne veux pas pontifier d’inepties? Mieux vaut rester terre à terre et parler de vraie liberté, celle qui est pure et simple? Alors je te dirai que chez nous, existe quelque chose qui s’appelle: “détention provisoire”, qui durait jusqu’à huit années. Ce qui signifie que tu peux rester en prison jusqu’à huit ans sans procès. Il y a quelques années, ils se sont rendu compte que les magistrats, trop occupés à essayer d’envoyer en prison un individu en particulier, ne travaillent pas beaucoup, quelqu’un a décidé donc que cette limite de huit ans “n’est pas obligatoire”. Tu sais ce que cela signifie? Que tu peux te retrouver en prison et rester à jamais sans procès.

Comment tu dis? Tu voulais embarquer en Italie pour prendre le premier train direct pour la France, l’Allemagne ou les Pays-Bas? Bon sang! Tu pouvais le dire avant, alors tu fais très bien! Rendez-vous à Berlin, Amsterdam, Paris ou Londres dès que possible.

Photo credit: Noborder network.

Traduction: Olive2Tun.